Home > Voyages faciles > Pourquoi faut-il connaître quelques mots de la langue locale avant de partir ?

Pourquoi faut-il connaître quelques mots de la langue locale avant de partir ?

Lorsque vous partez en vacances à l’étranger, vous pouvez tout miser sur vos notions d’anglais et l’expressivité de vos mains, mais il est toujours utile de connaître quelques rudiments de la langue locale.

Pour voyager confortablement

Lors d’un séjour en Norvège, vous avez toutes les chances de pouvoir échanger en anglais. Mais dans certaines régions, les locaux ne connaissent parfois que leur propre langue. Ainsi, en maîtriser les bases vous permettra de vous débrouiller au quotidien et d’obtenir plus facilement ce dont vous avez besoin, par exemple pour trouver votre hôtel, ou pour indiquer au taxi où vous souhaitez vous rendre.

Pour échanger avec les locaux

Mettez-vous à leur place, vous appréciez toujours qu’un touriste étranger vous adresse un « Bonjour ! » teinté d’un joli accent, et vous demande dans votre langue si vous parlez anglais. Il en sera de même lorsque c’est vous qui partirez en randonnée à Ténérife par exemple. C’est moins vrai dans certains pays, où la population y est peu sensible, mais globalement les locaux apprécient toujours lorsque vous faites l’effort de communiquer dans leur langue. Ils seront ensuite plus enclins à discuter avec vous et à vous accorder leur confiance.

Quelques mots à apprendre

On trouve souvent, à la fin des guides touristiques, quelques pages consacrées à la traduction de mots ou expressions utiles. Si vous n’avez pas acheté de guide, apprenez en priorité à dire « oui » et « non ». Passez ensuite aux formules de politesse : bonjour, merci, s’il vous plaît, pardon, au revoir. S’il reste de la place dans vos méninges, mémorisez des phrases utiles : « Où sont les toilettes ? », « Un verre d’eau, s’il vous plaît », et bien sûr « Parlez-vous anglais ? ». Ne nous voilons pas la face, il sera plus facile d’apprendre l’espagnol pour une voyage en Patagonie que le tibétain pour un voyage au Tibet, mais dans tous les cas, le résultat vaut l’effort !

Leave a Reply